Animer une circonscription grâce à la classe virtuelle Faire autrement avec la classe virtuelle, maintenant et plus tard

2 personnes conseillent ce contenu

Aujourd’hui, face à la crise sanitaire liée au Coronavirus, la circonscription rurale du Vexin s’empare de l’outil classe virtuelle VIA pour maintenir le lien et animer les équipes.

Le contexte

La circonscription du Vexin a engagé depuis trois dans une démarche volontariste en faveur du développement des usages du numérique éducatif. Cela se traduit par une coopération renforcée avec les communes pour l’équipement des écoles mais aussi par le temps de formation consacré à la maîtrise des outils et à leur utilisation pédagogique (110 heures de formation et d’accompagnement ont été délivrées l’an passé).
Dernièrement, la circonscription a mené auprès des enseignants une enquête basée sur le modèle SAMR afin de disposer d’un état des pratiques pédagogiques liées au numérique et de définir des perspectives de pilotage dans ce domaine.

Aujourd’hui, la fermeture temporaire des écoles l’amène à utiliser un nouveau levier pour continuer à animer les équipes dans un contexte de crise : la classe Virtuelle VIA.

Le démarrage

L’usage d’un dispositif tel que la classe virtuelle VIA était en projet mais de façon encore un peu lointaine.
La circonscription du Vexin s’est emparée des mesures de confinement et de la mise en œuvre de la continuité pédagogique qui s’en est suivie comme d’une opportunité pour accélérer ce projet et pour proposer des perspectives de dépassement de la grave crise que nous affrontons.

Durant cette période particulière, l’enjeu de court terme est lié :

  • A la gestion du confinement en lui-même et de ses effets,
  • À la continuité des apprentissages,
  • À l’accompagnement du déploiement de nouvelles pratiques professionnelles.

Plusieurs sessions de classes virtuelles ont été organisées durant la première semaine du confinement :

  • Au sein de l’équipe de circonscription,
  • Avec les directeurs des écoles afin d’organiser les regroupements pour l’accueil des enfants de personnels soignants,
  • Avec les psychologues de l’éducation nationale pour appréhender l’impact les aspects psycho-logiques de la situation et le suivi des situations particulières d’élèves,
  • Avec les enseignants spécialisés sur la continuité des aides en coopération avec l’enseignant de la classe.

Passé le temps de la prise en main et de la résolution de quelques aspects techniques, l’intérêt immédiatement perçu est :

  • de préserver le sentiment de cohérence collective
  • d’appréhender la diversité des modalités d’enseignement à distance mises en œuvre
  • de mesurer l’investissement et le sens de la missions des enseignants
  • de saisir la créativité dont ils font preuve pour dépasser les obstacles à la continuité des apprentissages.
    Les échanges permettent de partager de façon interactive les succès et les interrogations de chacun et d’y répondre collectivement.

Si le dispositif favorise l’articulation pilotage / besoins dans les équipes, il impose par exemple la définition d’un objet de travail bien identifié et resserré ou encore de prendre en compte le fait que chaque session aura une durée inférieure à une réunion en présentiel.

Et ensuite ?

Le dispositif a jusqu’à présent été utilisé en groupe restreint afin de faciliter les interactions entre participants, avec de la vidéo.

  • A court terme, dans le cadre du confinement, l’usage de la classe virtuelle va être consolidé et élargi, toujours dans une démarche de proximité : pour des échanges avec des directeurs en groupes restreints ou des temps d’accompagnement d’enseignants sur des questions vives telles que la manière d’aborder une nouvelle notion à distance, l’aide aux élèves fragiles ou encore les retours d’activités au cycle 1.
  • Dans un second temps la classe virtuelle sera utilisée avec un auditoire étendu, une fois les premières routines installées.

La circonscription du Vexin est rurale et étendue, la majorité des 67 écoles ont trois classes ou moins. Leur environnement se caractérise, d’un côté par une bonne coopération avec les communes et les associations partenaires historiques, d’un autre côté par sa faiblesse en infrastructures et en maillage éducatif du territoire. Cette configuration du réseau des écoles pose des contraintes spécifiques en termes d’organisation des échanges professionnels entre l’inspection et les équipes d’école, entre les écoles elles-mêmes.
Au-delà de la période de confinement, l’usage de la classe virtuelle revêt donc un enjeu à plus long terme pour enrichir les possibilités d’échanges et de rencontres, d’accompagnement des équipes et de développement professionnel des enseignants
. Cela se fera dans une démarche d’accroissement des interactions sans se substituer aux temps en présentiels car ils demeurent indispensables.

Ainsi, la circonscription du Vexin fait de ce dispositif un levier particulier pour impulser une dimension constructive au confinement et proposer des perspectives d’avenir alors que la crise frappe tout un chacun d’entre nous.

Propos recueillis auprès de M. Erven COAIL, IEN de la circonscription du Vexin

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)

Pour rester informé, abonnez-vous à la lettre d'information Prim à bord

Ce formulaire renvoie vers le serveur de liste. Un lien de validation vous sera envoyé afin de confirmer votre inscription.

Pour vous désabonner de la liste, suivez ce lien.