Des « nuits blanches de Pacha » à « Agyl, le robot »,... Lier « album à grandir » et applications sur tablette, pour développer les compétences motrices et langagières des élèves de grande section maternelle

Pas d'avis pour le moment

Les domaines de compétences « agir et s’exprimer avec son corps » et « s’approprier le langage » s’articulent étroitement avec des situations de repérage dans l’espace et permettent de « découvrir le monde » en mettant en relation les situations motrices vécues, la lecture d’images par l’utilisation d’outils numériques, tout en favorisant le développement de la créativité des élèves.

L’être humain a toujours démontré sa faculté d’adaptation aux contraintes de l’environnement physique et humain qui l’entoure (Grassé, 1973 ; Susanne, Rebato, Chiarelli, 2003). Imaginer, inventer, construire et même co-construire, découvrir des solutions originales ou requestionner l’existant deviennent, dans ce monde marqué du sceau de l’incertitude et des transformations rapides, des impératifs identitaires et sociaux (Lubart, Mouchiroud, Tordjman, Zenasni, 2015).

Le système éducatif requiert aujourd’hui d’apprendre aux élèves à penser et à agir différemment, à travailler sur des projets collaboratifs de façon créative et à mettre en œuvre leurs idées innovantes sous forme de productions. L’éducation physique, définie comme une « pédagogie des conduites motrices » (Parlebas, 1967 ; 1999), se révèle être une pratique privilégiée pour participer à cette ambition, par exemple en développant l’adaptabilité motrice des élèves.

Dans ce sens, des enseignants de grande section de maternelle, accompagnés de leur Enseignant Référent pour les Usages du Numérique (E.R.U.N.) ont mis en œuvre des activités autour des parcours de motricité, à partir de l’album à grandir « Les nuits blanches de Pacha », écrit par Lou Tarr et Marion Devaux (Editions E.P.S.), de l’application ludo-éducative « Motricité », co-éditée par Canopé et Asco & Celda, ainsi que de matériel permettant la manipulation.

Le dispositif

L’album à grandir « Les nuits blanches de Pacha » dans lequel Pensatou, Têtanlère et leurs amis, transportent des objets pour construire des parcours, permet d’envisager les apprentissages moteurs en maternelle en lien étroit avec les activités de langages et les situations de repérage dans l’espace.

Lors d’une séance de motricité, les élèves réalisent un des parcours des personnages de l’album qui aura préalablement été modélisé grâce au matériel de manipulation. Des pictogrammes représentant les verbes d’action sont utilisés. Des élèves, tour à tour "reporter", prennent des photos à l’aide d’une tablette ou d’un appareil photographique, afin de constituer la mémoire d’un vécu collectif.

De manière différée, des ateliers de langage sont mis en œuvre en trois phases :

  • Reconstitution entre pairs du parcours réalisé à l’aide d’Agyl, le robot de l’application de Canopé, auquel les élèves vont indiquer les actions à réaliser. Agyl pourra ainsi sauter, ramper, rouler et se balancer mais il devra le faire au bon moment et au bon endroit ;

  • Confrontation du parcours obtenu et réalisé par le robot sur l’écran, au parcours vécu par les élèves, grâce au reportage photographique effectué lors de la séance de motricité ;
  • Création de parcours, en équipe, sur l’application "Motricité" qui seront ensuite réalisés en salle de motricité (espace vécu) et sur maquette, à l’aide du matériel (espace représenté) .

Les compétences langagières sont également au cœur du dispositif. Il s’agit de développer tout particulièrement le langage oral (langage d’évocation), d’acquérir des verbes d’action, du vocabulaire spécifique et une syntaxe correcte au travers de la mise en place d’une séquence « Agir et s’exprimer au travers des activités physiques" par l’utilisation d’outils numériques telle que l’application "Motricité" et l’appareil photo. Les échanges entre pairs ont ainsi permis aux élèves :

  • d’oser entre en communication,
  • de discuter de leur point de vue entre pairs,
  • de se remémorer les actions vécues collectivement,
  • de se rappeler de la chronologie mise en place,
  • d’ordonner les actions : succession, antériorité, postériorité, simultanéité (avant, après, puis, ensuite, pendant que…)

En conclusion

L’élève est acteur de son apprentissage. En utilisant lui-même les outils, il crée, conçoit, développe, c’est-à-dire, produit son propre savoir en collaboration avec ses pairs. L’apprentissage s’en trouve facilité par la réalisation et le retour sur la situation, lui permettant de se corriger pour améliorer sa proposition, via l’application installée sur la tablette.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)

Pour rester informé, abonnez-vous à la lettre d'information Prim à bord

Ce formulaire renvoie vers le serveur de liste. Un lien de validation vous sera envoyé afin de confirmer votre inscription.

Pour vous désabonner de la liste, suivez ce lien.